Éric Dufour, Franck Fischbach et Emmanuel Renault (dir.)
Cet ouvrage collectif s’inscrit dans le contexte de la récente apparition, en Allemagne et en France notamment, de programmes de recherches en philosophie qui revendiquent explicitement une appartenance au domaine de la « philosophie sociale ». Il s’agit ici de préciser le ou les sens de cette appellation, et même d’abord d’en vérifier la simple pertinence. Quelle(s) définition(s) de la philosophie sociale est-il possible de donner, comment comprendre les rapports qu’entretient la philosophie sociale avec la philosophie politique? Le domaine de la philosophie sociale peut-il être délimité par des principes, des méthodes ou des objectifs communs? Autant d’interrogations qui n’ont aucune chance de trouver une réponse sans une enquête historique élaborant la question de savoir s’il est possible ou non de reconstituer une ou plusieurs traditions de philosophie sociale. Au total, il semble qu’on puisse considérer que la philosophie sociale désigne un ensemble de positions théoriques au demeurant diverses et variées, dont le point commun est de se présenter comme des alternatives aussi bien à la philosophie politique libérale rawlsienne qu’à ses adversaires républicanistes ou communautariens : la philosophie sociale veut être normative mais sans oublier d’être descriptive, elle ne conçoit pas les individus indépendamment de leurs rapports sociaux, et elle est critique à l’égard de rapports sociaux qui empêchent l’épanouissement des individus.

Ont participé à ce volume : J.-C. Angaut, E. Barot, R. Celikates, L. Chataigné-Pouteto, É. Dufour, F. Fischbach, J.-Y. Goffi, J. Guilhaumou, G. Lepan, E. Renault, J. Servois et M. Faycal Touati.
Mis à jour le 6 janvier 2020