Sous la direction de Rémi Clot-Goudard, Viviane Huys et Denis Vernant
Le raisonnement joue un rôle crucial aussi bien dans la communication interpersonnelle que dans l’action humaine. Les recherches sur la déduction nourrissent depuis l’Antiquité les travaux de logique. De même, les enquêtes sur l’induction commandent les réflexions en épistémologie. Mais le troisième mode d’inférence introduit par Charles Sanders Peirce à la suite d’Aristote, l’abduction, reste peu étudié en France alors même que l’on mesure de plus en plus son importance et la créativité qu’elle déploie dans tous les domaines de la connaissance, ainsi que dans l’effectuation des pratiques les plus courantes.
Nous proposons ici : 1) en partant des analyses inaugurales de Peirce de cerner la complexité et la spécificité de l’abduction dans le champ sémiotique; 2) de rendre compte de son fonctionnement cognitif comme mode d’inférence distinct de la déduction logique; 3) de dégager sa fécondité dans le vaste champ des pratiques humaines, notamment à travers le roman policier, l’art contemporain et l’urbanisme. Dans leur diversité, les dix contributions composant ce volumes attestent éloquemment de la subtilité et de l’inventivité qui caractérise le raisonnement abductif.

Ont participé à ce volume : P. Basso-Fossali, R. Clot-Goudard, N. Everaert-Desmedt, E. Fadda, V. Huys, R. Künstler, S. Levesque, Cl. Tiercelin, N. Tixier et D. Vernant
 
Mis à jour le 29 octobre 2019