Sous la direction de Jérôme Dokic et Denis Perrin
L’approche dite de la cognition incarnée se donne pour projet de réhabiliter le rôle central de l’action et de la perception dans la vie des sujets cognitifs, au-delà du cerveau dans lequel le cognitivisme et le connexionnisme ont trop souvent enfermé la cognition. Elle a pris une importance croissante au cours de ces dernières décennies dans le champ des sciences cognitives jusqu’à en devenir l’un des paradigmes principaux. Nombre de chercheurs français, d’origines disciplinaires variées comme en témoignent les contributions ici réunies, en ont fait leur cadre théorique de travail. Le présent volume souhaite faire connaître leurs travaux, et plus généralement, donner au lecteur français un accès détaillé et rigoureux à l’approche incarnée. Organisé autour de trois questions majeures que cette approche traite abondamment – la perception, la mémoire et le langage – il se donne deux objectifs principaux. D’une part un objectif de réflexion pistémologique sur les fondements de l’approche incarnée, qui questionne la légitimité théorique de celle-ci ainsi que les raisons de la préférer à ses concurrentes. D’autre part un objectif de présentation des gains d’intelligibilité que l’approche incarnée est capable d’apporter à des objets d’étude spécifiques.

Ont participé à ce volume : C. Baeyens, F. Bara, D. Bottineau, L. Brunel, Th. Camus, J. Dokic, A. M. Glenberg, R. Grandchamp, H. Loevenbruck, B. N. Mahon, L. Nalborczyk, P.-L. Patoine, M. Peckel, D. Perrin, M. Perrone-Bertolotti, A. Rey, P. Steiner, A. Tricot et R. Versace.
Mis à jour le 19 juillet 2019