Séminaire, Séminaire / DÉMOS

Métamorphoses de la souveraineté, nouvelles technologies et démocratie de marché : une réflexion politique sur le sens des innovations

le 24 mars 2020


 
Thierry MENISSIER, Pr de philosophie, UGA (IPhiG)
ANNULÉ

Axes de recherche: philosophie des techniques et de l’innovation; philosophie politique – technologie blockchain

Le déploiement des technologies numériques et des applications servies par l’intelligence artificielle favorise l’impression que l’usager se trouve aujourd’hui au cœur du marché des technologies ; il laisse également penser que ce marché est devenu tout-puissant. Concrètement, les entreprises de rang mondial, et parmi elles les opératrices majeures de l’innovation (technologique, économique, organisationnelle-managériale et sociale) que sont les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft), les NATU (Netflix, Air BNB, Telsa et Uber) et autres BATX (Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi) sont devenues des puissances influentes au plan géopolitique comme l’étaient, dans un monde en partie révolu, les seuls Etats.
Il y a plusieurs manières d’interpréter les relations entre l’impression de l’essor contemporain d’une démocratie « centrée usagers » et la lutte pour l’innovation qui anime le marché très concurrentiel des nouvelles technologies. Si cette situation apparaît largement confuse, c’est notamment parce que les relations entre l’usage de ces technologies et leur sens (i.e. les valeurs qui les animent et les finalités qu’elles poursuivent) ne sont pas analysées comme elles devraient l’être. En d’autres termes, la situation requiert une élucidation qui intègre à la fois l’anthropologie des techniques et la philosophie politique. Cette intervention se propose par conséquent d’envisager le plan de la géopolitique de l’innovation, sans perdre de vue le niveau de l’usager consommateur et client. En effet, celui-ci, par ses actes d’achat, valide la puissance financière de ces nouveaux acteurs et légitime leur position de force, tout en nourrissant l’illusion que la souveraineté se trouve désormais abolie et que le marché constitue le lieu d’épanouissement de la démocratie.
 
Mis à jour le 21 novembre 2019