Soutenance

Anna Krol: « La dimension éthique de la communication langagière. Tentative de construction d'un modèle éthique de la communication »

le 1 février 2017
Anna Krol présentera ses travaux intitulés : « La dimension éthique de la communication langagière. Tentative de construction d'un modèle éthique de la communication »
Soutenance publique le 1 février 2017

Membres du jury :

Monsieur Denis Vernant, Professeur, Université Grenoble Alpes, Directeur de thèse
Madame Ewa Bogalska-Martin, Professeure, Université Grenoble Alpes, Examinateur
Madame Marie-Dominique Popelard, Professeure, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Rapporteur
Monsieur Laurent Filliettaz, Professeur, Université de Genève, Examinateur
Monsieur Bruno Ambroise, Chargé de Recherche au CNRS, Université de Picardie, Examinateur

Mots- clés : langage, action, éthique, neuroéthique,  développement moral
 
Résumé : Ce travail porte sur la dimension éthique de la communication langagière et sa modélisation. La relation entre la communication et le langage ainsi que la construction d’un modèle éthique sont les objectifs de notre démarche. Ainsi, notre travail a un double enjeu : le premier montrer que l’éthique est intrinsèquement liée à la communication ; le second présenter notre modèle en tant qu’outil d’analyse des échanges interpersonnels.
La communication langagière englobe plusieurs moyens à travers lesquels nous pouvons nous exprimer. Nous avons choisi d’étudier la communication verbale parlée dans la situation de face à face. Ceci nous conduit à privilégier un angle d’approche focalisé sur le « micro-univers » de la relation Je-Tu afin analyser la communication par la voie de la philosophie de la rencontre. Appréhendée sous cet angle, la question de l’éthique s’invite inéluctablement.
La démarche consacrée à l’éthique repose sur trois parties : nous discutons les théories du jugement moral de Piaget, de Kohlberg et de la neuroéthique qui s’avèrent « trop statiques » pour saisir la dynamique de la communication interpersonnelle en cours, contrairement  à celle proposée par Jonathan Haidt qui met en évidence l’importance de l’intuition dans le jugement moral. Puis nous nous concentrons sur l’éthique de la communication et l’éthique de la parole. En tenant compte de phénomènes tels que la violence verbale ou les insultes, nous proposons un concept d’éthique négative qui permet de les inclure au sein de l’éthique et de les traiter de manière constructive.  Nous clôturons notre démarche par l’analyse des modèles de la communication et la proposition d’un modèle éthique de la communication.

Localisation

Amphithéâtre de la MSH Alpes,
1221 avenue centrale, Domaine universitaire, 38400 St Martin d'Hères
 
Mis à jour le 9 juillet 2019